略過以前往內容

Guide créé par Sidiki

Sidiki

Guide créé par Sidiki

Lieux emblématiques
Espace incontournable ou sont regroupés tout ce que la Cote d'Ivoire compte en matière d'art. Vous serez émerveillés par la diversité de l'artisanat de Cote d'Ivoire et de la sous région.
CAVA Centre Artisinal de la Ville d'Abidjan
Espace incontournable ou sont regroupés tout ce que la Cote d'Ivoire compte en matière d'art. Vous serez émerveillés par la diversité de l'artisanat de Cote d'Ivoire et de la sous région.
Le Goethe-Institut est l’institut culturel de la République fédérale d’Allemagne actif au niveau mondial. Nous promouvons la connaissance de la langue allemande à l’étranger et entretenons des collaborations culturelles internationales.
Goethe Institut
Le Goethe-Institut est l’institut culturel de la République fédérale d’Allemagne actif au niveau mondial. Nous promouvons la connaissance de la langue allemande à l’étranger et entretenons des collaborations culturelles internationales.
Espace dédié aux expositions, événements culturels, résidences d'artistes et ateliers créatifs pour la jeunesse, la fondation Donwahi abrite également en son sein une médiathèque et une bibliothèque, un cybercafé, un bar-restaurant lounge, et un artshop proposant du matériel de dessin et d'écriture ainsi que de beaux objets design. La Fondation est également dotée d'un ciné-lounge avec projections tous les jeudis et samedis (entrée libre). Ouvert du lundi au samedi de 10h à 22h. Wifi. Terrasse. Parking gratuit
FONDATION DONWAHI
Espace dédié aux expositions, événements culturels, résidences d'artistes et ateliers créatifs pour la jeunesse, la fondation Donwahi abrite également en son sein une médiathèque et une bibliothèque, un cybercafé, un bar-restaurant lounge, et un artshop proposant du matériel de dessin et d'écriture ainsi que de beaux objets design. La Fondation est également dotée d'un ciné-lounge avec projections tous les jeudis et samedis (entrée libre). Ouvert du lundi au samedi de 10h à 22h. Wifi. Terrasse. Parking gratuit
L’île Boulay est une île d’environ 20 km² située dans la lagune Ébrié près d’Abidjan, en Côte d'Ivoire, à proximité immédiate du port autonome et de l’océan Atlantique. Un canal assure la liaison entre l’océan et la lagune, évitant aux eaux bordant l’île Boulay de demeurer stagnantes. L’île est très peu peuplée et ne bénéficie ni du téléphone ni de l’électricité ni de routes bitumées. Presque toute la surface est couverte par des plantations de cocotiers – à l'ouest de l'île ces plantations ont gérées par une entreprise, à l'est par les habitants eux-mêmes. Au sud-ouest la côte est bordée par une mangrove dense, d’une largeur d’environ 50 m, dominée par Rhizophora racemosa. L’île Boulay est un lieu de villégiature recherché depuis plus de 30 ans en raison de son isolement et aussi de sa proximité immédiate du centre-ville d’Abidjan (15 minutes en bateau). Des particuliers y ont installé des paillotes plus ou moins luxueuses à leurs frais et payent aux chefs coutumiers un loyer pour le terrain. L’endroit est idéal pour les sports nautiques et en particulier le ski nautique. Des champions internationaux s’y sont entraînés. Officiellement, le port autonome d'Abidjan est propriétaire de cette zone et pourrait la réquisitionner en vue d’agrandir le port d’Abidjan. Un projet prévoyait l’extension du port autonome d’Abidjan vers l’île Boulay à partir de 2008, mais n’a pas encore démarré depuis.
Île Boulay
L’île Boulay est une île d’environ 20 km² située dans la lagune Ébrié près d’Abidjan, en Côte d'Ivoire, à proximité immédiate du port autonome et de l’océan Atlantique. Un canal assure la liaison entre l’océan et la lagune, évitant aux eaux bordant l’île Boulay de demeurer stagnantes. L’île est très peu peuplée et ne bénéficie ni du téléphone ni de l’électricité ni de routes bitumées. Presque toute la surface est couverte par des plantations de cocotiers – à l'ouest de l'île ces plantations ont gérées par une entreprise, à l'est par les habitants eux-mêmes. Au sud-ouest la côte est bordée par une mangrove dense, d’une largeur d’environ 50 m, dominée par Rhizophora racemosa. L’île Boulay est un lieu de villégiature recherché depuis plus de 30 ans en raison de son isolement et aussi de sa proximité immédiate du centre-ville d’Abidjan (15 minutes en bateau). Des particuliers y ont installé des paillotes plus ou moins luxueuses à leurs frais et payent aux chefs coutumiers un loyer pour le terrain. L’endroit est idéal pour les sports nautiques et en particulier le ski nautique. Des champions internationaux s’y sont entraînés. Officiellement, le port autonome d'Abidjan est propriétaire de cette zone et pourrait la réquisitionner en vue d’agrandir le port d’Abidjan. Un projet prévoyait l’extension du port autonome d’Abidjan vers l’île Boulay à partir de 2008, mais n’a pas encore démarré depuis.
En couple, en famille, entre amis ou collaborateurs, découvrez une autre Côte d’Ivoire, à la Baie des Sirènes. Niché sur les promontoires de la baie de Grand Béréby, baigné par des eaux calmes et translucides, l'hôtel la Baie des Sirènes, construit en 1982, a été grandement rénové. Son site naturel et la beauté de ses paysages lui confèrent un caractère unique. Entre tradition et modernité, face océan ou sur les bords de la rivière Néro, au village ou en soins massage, pour vous relaxer ou vous dépenser, vivez une nouvelle expérience à moins d’1h30 d’Abidjan*…
La Baie des Sirenes
En couple, en famille, entre amis ou collaborateurs, découvrez une autre Côte d’Ivoire, à la Baie des Sirènes. Niché sur les promontoires de la baie de Grand Béréby, baigné par des eaux calmes et translucides, l'hôtel la Baie des Sirènes, construit en 1982, a été grandement rénové. Son site naturel et la beauté de ses paysages lui confèrent un caractère unique. Entre tradition et modernité, face océan ou sur les bords de la rivière Néro, au village ou en soins massage, pour vous relaxer ou vous dépenser, vivez une nouvelle expérience à moins d’1h30 d’Abidjan*…
Monogaga est une petite ville de Côte d'Ivoire, dans la région du Bas-Sassandra. Elle est parfois aussi appelée Gagan ou encore Ménogaga. Elle est située à proximité d'une forêt classée.
Plage de Monogaga
Monogaga est une petite ville de Côte d'Ivoire, dans la région du Bas-Sassandra. Elle est parfois aussi appelée Gagan ou encore Ménogaga. Elle est située à proximité d'une forêt classée.
Gastronomie
L'hôtel Ivoire est un gratte-ciel et un complexe hôtelier de luxe situé au bord de la lagune Ébrié à Abidjan en Côte d'Ivoire. Haute de vingt-cinq étages (100 mètres), elle offre une vue sur l'ensemble de la ville et abrite 429 chambres et suites. Le complexe abrite également plusieurs piscines et jardins et comporte un palais des congrès. Construit en trois tranches à partir de 1963, l'Hôtel Ivoire est devenu le témoin malheureux des crises qu'a traversé le pays, et renvoyait une image de déliquescence avant sa remise à neuf complète et la réouverture de la tour Ivoire le 25 novembre 20111 et du bâtiment central le 15 mai 2015. Après l’indépendance du pays en 1960, le président Félix Houphouët-Boigny est reçu en visite officielle au Libéria et se trouve à l’hôtel Dukor. Il y rencontre l'architecte roumano-israélien Moshe Mayer, qui a construit l'édifice, et lui propose de construire un hôtel plus impressionnant à Abidjan. Moshe Mayer se rend ainsi en Côte d'Ivoire et décide de construire l’hôtel dont rêvait l'ancien président ivoirien dans le quartier bourgeois de Cocody, au bord de la lagune Ébrié. L’hôtel fait partie d'un vaste projet d’aménagement urbain baptisé la Riviera2. Il fallut pour cela exproprier les paysans ébrié, qui étaient les premiers habitants d’Abidjan, et dont les plantations de café et de cacao se trouvaient à l’emplacement du futur hôtel. Houphouët-Boigny les dédommagea en leur offrant des terrains viabilisés. La première partie de l’hôtel, constituée par le bâtiment central, est inaugurée en 1963. La tour Ivoire est livrée six ans plus tard, en 1969. Plus tard, une patinoire, un casino (dont il fut interdit d'accès aux Ivoiriens) et un palais des congrès complètent l'ensemble, géré conjointement par InterContinental et la Société des Palaces de Cocody. L'hôtel est alors considéré comme étant l'un des édifices les plus prestigieux et les plus modernes du continent africain, et devient une des icônes du « miracle ivoirien ». Il est l'hôte de réunions et conférences internationales, telles que celle de l’Organisation internationale du café et du cacao, et devient un lieu de passage privilégié pour les personnalités de haut rang et artistes connus (Michael Jackson, Stevie Wonder et Barry White entre autres) de passage ou en vacances en Côte d'Ivoire. De nombreuses fêtes et soirées se produisaient au palais des congrès ou sur la patinoire, et des concerts étaient donnés. L'opulence de l'hôtel Ivoire contrastait avec la pauvreté du quartier populaire voisin de Blokosso. L’hôtel Ivoire est un lieu phare de la ville d'Abidjan jusqu'à la fin des années 1990, tandis que la crise économique frappe la Côte d’Ivoire et atteint progressivement le complexe hôtelier. C'est le début du déclin de « l'Ivoire », qui voit sa fréquentation baisser et ses bâtiments vieillir rapidement. La patinoire, déficitaire, était fermée depuis quelques années. Elle était fréquentée principalement par les enfants d’expatriés européens, qui avaient commencé à déserter la Côte d’Ivoire depuis le début de sa crise économique. À l'arrivée d'Henri Konan Bédié au pouvoir, l’établissement faisait face à de sérieux problèmes d’entretien et de salubrité sans que l'établissement ne trouve les fonds nécessaires pour rénover les bâtiments.
Sofitel Abidjan Hotel Ivoire
L'hôtel Ivoire est un gratte-ciel et un complexe hôtelier de luxe situé au bord de la lagune Ébrié à Abidjan en Côte d'Ivoire. Haute de vingt-cinq étages (100 mètres), elle offre une vue sur l'ensemble de la ville et abrite 429 chambres et suites. Le complexe abrite également plusieurs piscines et jardins et comporte un palais des congrès. Construit en trois tranches à partir de 1963, l'Hôtel Ivoire est devenu le témoin malheureux des crises qu'a traversé le pays, et renvoyait une image de déliquescence avant sa remise à neuf complète et la réouverture de la tour Ivoire le 25 novembre 20111 et du bâtiment central le 15 mai 2015. Après l’indépendance du pays en 1960, le président Félix Houphouët-Boigny est reçu en visite officielle au Libéria et se trouve à l’hôtel Dukor. Il y rencontre l'architecte roumano-israélien Moshe Mayer, qui a construit l'édifice, et lui propose de construire un hôtel plus impressionnant à Abidjan. Moshe Mayer se rend ainsi en Côte d'Ivoire et décide de construire l’hôtel dont rêvait l'ancien président ivoirien dans le quartier bourgeois de Cocody, au bord de la lagune Ébrié. L’hôtel fait partie d'un vaste projet d’aménagement urbain baptisé la Riviera2. Il fallut pour cela exproprier les paysans ébrié, qui étaient les premiers habitants d’Abidjan, et dont les plantations de café et de cacao se trouvaient à l’emplacement du futur hôtel. Houphouët-Boigny les dédommagea en leur offrant des terrains viabilisés. La première partie de l’hôtel, constituée par le bâtiment central, est inaugurée en 1963. La tour Ivoire est livrée six ans plus tard, en 1969. Plus tard, une patinoire, un casino (dont il fut interdit d'accès aux Ivoiriens) et un palais des congrès complètent l'ensemble, géré conjointement par InterContinental et la Société des Palaces de Cocody. L'hôtel est alors considéré comme étant l'un des édifices les plus prestigieux et les plus modernes du continent africain, et devient une des icônes du « miracle ivoirien ». Il est l'hôte de réunions et conférences internationales, telles que celle de l’Organisation internationale du café et du cacao, et devient un lieu de passage privilégié pour les personnalités de haut rang et artistes connus (Michael Jackson, Stevie Wonder et Barry White entre autres) de passage ou en vacances en Côte d'Ivoire. De nombreuses fêtes et soirées se produisaient au palais des congrès ou sur la patinoire, et des concerts étaient donnés. L'opulence de l'hôtel Ivoire contrastait avec la pauvreté du quartier populaire voisin de Blokosso. L’hôtel Ivoire est un lieu phare de la ville d'Abidjan jusqu'à la fin des années 1990, tandis que la crise économique frappe la Côte d’Ivoire et atteint progressivement le complexe hôtelier. C'est le début du déclin de « l'Ivoire », qui voit sa fréquentation baisser et ses bâtiments vieillir rapidement. La patinoire, déficitaire, était fermée depuis quelques années. Elle était fréquentée principalement par les enfants d’expatriés européens, qui avaient commencé à déserter la Côte d’Ivoire depuis le début de sa crise économique. À l'arrivée d'Henri Konan Bédié au pouvoir, l’établissement faisait face à de sérieux problèmes d’entretien et de salubrité sans que l'établissement ne trouve les fonds nécessaires pour rénover les bâtiments.
Guide des Quartiers
La Zone 4 est une des 4 « zones » de la commune de Marcory, à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Le quartier de Zone 4 est divisé en quatre zones : Zone 4-A Zone 4-B Zone 4-C Zone 4-D La Zone 4 est réputée pour ses restaurants, bars et boîtes de nuit s'adressant principalement aux occidentaux.
Zone 4C
La Zone 4 est une des 4 « zones » de la commune de Marcory, à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Le quartier de Zone 4 est divisé en quatre zones : Zone 4-A Zone 4-B Zone 4-C Zone 4-D La Zone 4 est réputée pour ses restaurants, bars et boîtes de nuit s'adressant principalement aux occidentaux.
La forêt du Banco est l’un des 8 parcs nationaux de Côte d’ivoire. Avec ses 3438 ha, elle est l’un des plus petits (juste après le parc des îles Ehotilé) mais aussi le plus accessible puisqu’elle se situe à d’Abidjan. Malgré cela, peu d’Abidjanais prennent le temps d’y aller. Le Banco jouit d’une mauvaise réputation : c’est un repère de bandits habité par de mauvais esprits … Pourtant, le parc national du Banco n’est (plus) rien de tout cela. Il est sécurisé par les agents de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves et ses habitants (il y a un village autour de l’école forestière), conscients de sa valeur, veillent aussi sur lui. Une journée au Banco est une micro-aventure qui fait du bien ! Je vous emmène plonger dans cet univers végétal unique à Abidjan et vous révèle tous les secrets de la forêt d’Abidjan. A l‘origine, une rivière qui traverse la forêt : la rivière Gbangbo qui signifie « source d’eau rafraîchissante » en langue Ebrié. Encore un mot mal prononcé par les colons qui s’est transformé en Banco et a donné son nom au parc. La forêt du Banco est le réservoir hydraulique d’Abidjan. Elle fournit 40% de l’eau potable de la ville. La forêt du Banco se situe en plein coeur d’Abidjan. Elle est bordée par les communes de Yopougon, Adjamé, Abobo et Attécoubé. Avoir cette vaste forêt au milieu d’une métropole si polluée est une chance inouïe : les arbres du Banco absorberaient 35000 tonnes de gaz carbonique chaque année et rejetterait 68 000 tonnes d’oxygène dans l’atmosphère. Sans eux, l’air serait irrespirable à Abidjan. Pourtant, chaque année, la forêt est grignotée par les activités humaines et l’urbanisation anarchique des communes voisines.
Banco
La forêt du Banco est l’un des 8 parcs nationaux de Côte d’ivoire. Avec ses 3438 ha, elle est l’un des plus petits (juste après le parc des îles Ehotilé) mais aussi le plus accessible puisqu’elle se situe à d’Abidjan. Malgré cela, peu d’Abidjanais prennent le temps d’y aller. Le Banco jouit d’une mauvaise réputation : c’est un repère de bandits habité par de mauvais esprits … Pourtant, le parc national du Banco n’est (plus) rien de tout cela. Il est sécurisé par les agents de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves et ses habitants (il y a un village autour de l’école forestière), conscients de sa valeur, veillent aussi sur lui. Une journée au Banco est une micro-aventure qui fait du bien ! Je vous emmène plonger dans cet univers végétal unique à Abidjan et vous révèle tous les secrets de la forêt d’Abidjan. A l‘origine, une rivière qui traverse la forêt : la rivière Gbangbo qui signifie « source d’eau rafraîchissante » en langue Ebrié. Encore un mot mal prononcé par les colons qui s’est transformé en Banco et a donné son nom au parc. La forêt du Banco est le réservoir hydraulique d’Abidjan. Elle fournit 40% de l’eau potable de la ville. La forêt du Banco se situe en plein coeur d’Abidjan. Elle est bordée par les communes de Yopougon, Adjamé, Abobo et Attécoubé. Avoir cette vaste forêt au milieu d’une métropole si polluée est une chance inouïe : les arbres du Banco absorberaient 35000 tonnes de gaz carbonique chaque année et rejetterait 68 000 tonnes d’oxygène dans l’atmosphère. Sans eux, l’air serait irrespirable à Abidjan. Pourtant, chaque année, la forêt est grignotée par les activités humaines et l’urbanisation anarchique des communes voisines.
Informations sur la ville
YAMOUSSOUKRO : est située à environ 248km de la ville d’Abidjan. En fonction de votre moyen de transports (Voiture personnelle ou car) il vous faut entre 2h30 ou 3 h pour faire la distance Abidjan-Yamoussoukro. La chaleur de ses populations, la convivialité et la qualité de ses infrastructures d’accueil ne laisse personne indifférent. Première ville ivoirienne à être inscrite au patrimoine de l’UNESCO, elle jouit d’une aura et d’une réputation qui ont en font l’une des capitales africaines les plus visitées au monde. La Basilique Notre Dame de la Paix Yamoussoukro dispose de larges avenues engorgées de bâtiments à l'architecture européenne dont le point culminant est la Basilique Notre Dame de la paix. Cet incroyable édifice religieux est le plus grand au monde et est inspiré de la Basilique Saint Pierre de Rome. La première vocation de la basilique est de célébrer la paix et l’amour du prochain. Ce patrimoine culturel est devenu un véritable lieu de prière et de bénédiction. Le lieu est ouvert tous les jours de la semaine de 8h à 17h. Pour visiter la Basilique, une petite contribution est demandée à l’entrée par contre l'accès est libre et gratuit pour des recueils de prière.
Yamoussoukro
YAMOUSSOUKRO : est située à environ 248km de la ville d’Abidjan. En fonction de votre moyen de transports (Voiture personnelle ou car) il vous faut entre 2h30 ou 3 h pour faire la distance Abidjan-Yamoussoukro. La chaleur de ses populations, la convivialité et la qualité de ses infrastructures d’accueil ne laisse personne indifférent. Première ville ivoirienne à être inscrite au patrimoine de l’UNESCO, elle jouit d’une aura et d’une réputation qui ont en font l’une des capitales africaines les plus visitées au monde. La Basilique Notre Dame de la Paix Yamoussoukro dispose de larges avenues engorgées de bâtiments à l'architecture européenne dont le point culminant est la Basilique Notre Dame de la paix. Cet incroyable édifice religieux est le plus grand au monde et est inspiré de la Basilique Saint Pierre de Rome. La première vocation de la basilique est de célébrer la paix et l’amour du prochain. Ce patrimoine culturel est devenu un véritable lieu de prière et de bénédiction. Le lieu est ouvert tous les jours de la semaine de 8h à 17h. Pour visiter la Basilique, une petite contribution est demandée à l’entrée par contre l'accès est libre et gratuit pour des recueils de prière.
Assinie est une localité du sud-est de la Côte d'Ivoire et appartenant au département d'Adiaké, Région du Sud-Comoé. La localité d'Assinie est une commune1 avec un maire depuis le 13 octobre 2018. Assinie Plage. Située à 94 km à l'est d'Abidjan2, Assinie est une station balnéaire de la Côte d'Ivoire, au bord du golfe de Guinée. On distingue la zone d'Assinie où se trouve le cabanon de Paul-Emile Durand à l'ouest, bordée seulement par l'océan et accessible par la route, et à l'est qui constitue une presqu'île entre océan et lagune. Longue d'une quinzaine de kilomètres. Cette presqu'île très étroite (de 100 à 1 000 m) est occupée par de luxueuses villas et paillotes. L'accès se fait en voiture, par bateaux privés ou via des pirogues traversant la lagune. L'embouchure de la lagune qui marque la fin de la presqu'île d'Assinie est appelée La Passe.un endroit paradisiaque ou on ne trouve ni restaurants ni hotel on est en contact direct avec la nature. La localité est la destination privilégiée des abidjanais aisés pour le week-end. Elle a constitué le lieu de tournage du film Les Bronzés en 1978.
8
當地人推薦
Assinie-Mafia
8
當地人推薦
Assinie est une localité du sud-est de la Côte d'Ivoire et appartenant au département d'Adiaké, Région du Sud-Comoé. La localité d'Assinie est une commune1 avec un maire depuis le 13 octobre 2018. Assinie Plage. Située à 94 km à l'est d'Abidjan2, Assinie est une station balnéaire de la Côte d'Ivoire, au bord du golfe de Guinée. On distingue la zone d'Assinie où se trouve le cabanon de Paul-Emile Durand à l'ouest, bordée seulement par l'océan et accessible par la route, et à l'est qui constitue une presqu'île entre océan et lagune. Longue d'une quinzaine de kilomètres. Cette presqu'île très étroite (de 100 à 1 000 m) est occupée par de luxueuses villas et paillotes. L'accès se fait en voiture, par bateaux privés ou via des pirogues traversant la lagune. L'embouchure de la lagune qui marque la fin de la presqu'île d'Assinie est appelée La Passe.un endroit paradisiaque ou on ne trouve ni restaurants ni hotel on est en contact direct avec la nature. La localité est la destination privilégiée des abidjanais aisés pour le week-end. Elle a constitué le lieu de tournage du film Les Bronzés en 1978.
À Bokoré, Tanda, Cote D’Ivoire, il est formellement interdit de pêcher et où de manger les poissons sacrés (silures). Selon le mythe villageois, ces silures seraient en réalité des hommes apparaissant sous cette forme animale et contribuant à la protection des lieux. On raconte même qu’une simple consommation entraînerait sur l’individu de graves problèmes de santé ( surdité – insuffisance rénale etc.) jusqu’à la mort. Ils inspirent en réalité une profonde crainte parmi les populations. Ce site est aujourd’hui un lieu touristique du Nord-Est du pays . Selon un spécialiste interrogé, “les silures vivent en moyenne 20 ans, peuvent mesurer plus de 2m et peser plus de 100kgs… Parce que s’alimentant volontiers au niveau du sédiment et étant susceptible de vivre longtemps, dans une eau polluée, le silure fait partie des poissons reconnus bioaccumulateurs. En raison de sa propension à bioconcentrer les métaux lourds, certains métalloïdes ou des polluants peu biodégradables tels que les PCB, furanes ou dioxines… Ce qui peut expliquer des maladies qu’ils peuvent causer S’ils accumulent des métaux lourds et certains pesticides agricoles, ils peuvent causer des maladies du foie et des reins, des cancers et certaines maladies respiratoires chroniques…”
Bondoukou
À Bokoré, Tanda, Cote D’Ivoire, il est formellement interdit de pêcher et où de manger les poissons sacrés (silures). Selon le mythe villageois, ces silures seraient en réalité des hommes apparaissant sous cette forme animale et contribuant à la protection des lieux. On raconte même qu’une simple consommation entraînerait sur l’individu de graves problèmes de santé ( surdité – insuffisance rénale etc.) jusqu’à la mort. Ils inspirent en réalité une profonde crainte parmi les populations. Ce site est aujourd’hui un lieu touristique du Nord-Est du pays . Selon un spécialiste interrogé, “les silures vivent en moyenne 20 ans, peuvent mesurer plus de 2m et peser plus de 100kgs… Parce que s’alimentant volontiers au niveau du sédiment et étant susceptible de vivre longtemps, dans une eau polluée, le silure fait partie des poissons reconnus bioaccumulateurs. En raison de sa propension à bioconcentrer les métaux lourds, certains métalloïdes ou des polluants peu biodégradables tels que les PCB, furanes ou dioxines… Ce qui peut expliquer des maladies qu’ils peuvent causer S’ils accumulent des métaux lourds et certains pesticides agricoles, ils peuvent causer des maladies du foie et des reins, des cancers et certaines maladies respiratoires chroniques…”
En plein cœur de la ville de Man, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, se trouve le village de Gbèpleu qui serait à l’origine de la ville aux 18 montagnes. Le mystère dans ce village, c’est qu’il possède en son sein une forêt sacrée d’environ deux hectares qui regorge une grande colonie de singes sacrés qui côtoient quotidiennement les habitants. Loin de constituer du gibier, ces singes ont une histoire mystérieuse. Selon monsieur Zinbgé Sévérin, fils du chef du village de Gbèpleu, qui nous relatait l’histoire qu’il a reçu des ancêtres, le marché de Man se trouvait à quelques encablures de cette forêt avant d’être délocalisé plus tard. Autrefois, une vieille femme dont le nom n’a pas été révélé par notre interlocuteur, et qui posséderait étrangement une queue venait vendre de la banane sur ledit marché. Cette femme avait un pouvoir de transformation des hommes en singes et vice versa, dira notre interlocuteur. À l’annonce d’un danger ou d’une catastrophe humaine, elle transformait les habitants en singes dans l’optique de les épargner du danger. Elle ne les retransformait en humain qu’après le passage du danger ou de la catastrophe. Précise-t-il. C’est ainsi qu’à l’arrivée de l’empereur Samory Touré à Man ladite femme aurait transformé les bras valides du village en vue de les mettre à l’abri des supplices de ce dernier que tout le monde redoutait pour son caractère sanguinaire. Samory qui n’a trouvé aucun bras valide sur place assassina la pauvre dame. D’où l’impossibilité de ramener les singes à l’état humain. Ils sont restés définitivement singes. C’est pourquoi ils sont considérés comme des habitants du village au même titre que les hommes. D’où le caractère sacré de cette forêt qui les abrite. Une forêt dans laquelle aucun étranger ne doit entrer, avertit Cyrille, un autre habitant du village de Gbèpleu. Selon nos deux interlocuteurs, nul ne doit chasser ces singes qui sont nourris et par les populations de Man, et par les visiteurs. Ils poursuivent pour dire que même si un conducteur venait à en tuer par inadvertance, puisque cette forêt est en bordure de la route, il doit impérativement le signaler au chef du village pour que des sacrifices soient faits. Faute de quoi, il subit un accident mortel dans les heures qui suivent. Un passage à Man, précisément à Gbèpleu vous permettra de voir ces mystérieux singes qui viendront jusqu’à vous surtout si vous leur apporter de la banane. Ils sont tout simplement magnifiques. Nous félicitons les populations de Gbèpleu qui s’efforcent, à leur manière, de contribuer à l’atteinte de l’objectif de développement durable (ODD) N°15. Rappelons que l’Objectif de Développement Durable (ODD) N°15 vise à assurer la conservation, la restauration et l’utilisation durable des écosystèmes terrestres et arrêter la dégradation des terres et la désertification. Il reconnaît l’apport économique et social de la biodiversité. La reforestation, essentielle à la lutte contre le changement climatique, est également une priorité. La lutte contre le trafic illégal des espèces protégées, qui est souvent une source de revenu pour les réseaux criminels, est aussi ciblée.
Man
En plein cœur de la ville de Man, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, se trouve le village de Gbèpleu qui serait à l’origine de la ville aux 18 montagnes. Le mystère dans ce village, c’est qu’il possède en son sein une forêt sacrée d’environ deux hectares qui regorge une grande colonie de singes sacrés qui côtoient quotidiennement les habitants. Loin de constituer du gibier, ces singes ont une histoire mystérieuse. Selon monsieur Zinbgé Sévérin, fils du chef du village de Gbèpleu, qui nous relatait l’histoire qu’il a reçu des ancêtres, le marché de Man se trouvait à quelques encablures de cette forêt avant d’être délocalisé plus tard. Autrefois, une vieille femme dont le nom n’a pas été révélé par notre interlocuteur, et qui posséderait étrangement une queue venait vendre de la banane sur ledit marché. Cette femme avait un pouvoir de transformation des hommes en singes et vice versa, dira notre interlocuteur. À l’annonce d’un danger ou d’une catastrophe humaine, elle transformait les habitants en singes dans l’optique de les épargner du danger. Elle ne les retransformait en humain qu’après le passage du danger ou de la catastrophe. Précise-t-il. C’est ainsi qu’à l’arrivée de l’empereur Samory Touré à Man ladite femme aurait transformé les bras valides du village en vue de les mettre à l’abri des supplices de ce dernier que tout le monde redoutait pour son caractère sanguinaire. Samory qui n’a trouvé aucun bras valide sur place assassina la pauvre dame. D’où l’impossibilité de ramener les singes à l’état humain. Ils sont restés définitivement singes. C’est pourquoi ils sont considérés comme des habitants du village au même titre que les hommes. D’où le caractère sacré de cette forêt qui les abrite. Une forêt dans laquelle aucun étranger ne doit entrer, avertit Cyrille, un autre habitant du village de Gbèpleu. Selon nos deux interlocuteurs, nul ne doit chasser ces singes qui sont nourris et par les populations de Man, et par les visiteurs. Ils poursuivent pour dire que même si un conducteur venait à en tuer par inadvertance, puisque cette forêt est en bordure de la route, il doit impérativement le signaler au chef du village pour que des sacrifices soient faits. Faute de quoi, il subit un accident mortel dans les heures qui suivent. Un passage à Man, précisément à Gbèpleu vous permettra de voir ces mystérieux singes qui viendront jusqu’à vous surtout si vous leur apporter de la banane. Ils sont tout simplement magnifiques. Nous félicitons les populations de Gbèpleu qui s’efforcent, à leur manière, de contribuer à l’atteinte de l’objectif de développement durable (ODD) N°15. Rappelons que l’Objectif de Développement Durable (ODD) N°15 vise à assurer la conservation, la restauration et l’utilisation durable des écosystèmes terrestres et arrêter la dégradation des terres et la désertification. Il reconnaît l’apport économique et social de la biodiversité. La reforestation, essentielle à la lutte contre le changement climatique, est également une priorité. La lutte contre le trafic illégal des espèces protégées, qui est souvent une source de revenu pour les réseaux criminels, est aussi ciblée.
Danane
Grand-Bassam est une ville historique et une ancienne capitale de la Côte d'Ivoire (1893-1900). Située à 43 kilomètres à l'est d'Abidjan, la localité de Grand-Bassam est le chef-lieu du département de Grand-Bassam1 dans la région du Sud-Comoé. Le nom de la ville vient l'expression Abouré « Alsam » qui veut dire « Il fait nuit » et de l'expression appolonien « Ba-souan » qui signifie « viens me charger »2. Le 3 juillet 2012, le quartier France de Grand-Bassam, considéré comme le cœur historique de la ville, est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO
7
當地人推薦
Grand-Bassam
7
當地人推薦
Grand-Bassam est une ville historique et une ancienne capitale de la Côte d'Ivoire (1893-1900). Située à 43 kilomètres à l'est d'Abidjan, la localité de Grand-Bassam est le chef-lieu du département de Grand-Bassam1 dans la région du Sud-Comoé. Le nom de la ville vient l'expression Abouré « Alsam » qui veut dire « Il fait nuit » et de l'expression appolonien « Ba-souan » qui signifie « viens me charger »2. Le 3 juillet 2012, le quartier France de Grand-Bassam, considéré comme le cœur historique de la ville, est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO
les fusile de Samory Touré à Samatiguila
Samatiglia
les fusile de Samory Touré à Samatiguila